La Pat'Web

Communiquez efficacement avec La Pat'Web !

L’ennui, bénéfique aux petits comme aux grands

Porté sur le bien-être et le développement personnel, ce texte présente un aspect de la vie quotidienne connu de tous : il cible un public large et néophyte.

Bien-être

Les vertus de l’ennui pour l’éveil des plus petits

Il semble pourtant mal les vivre mais les moments d’inactivité de votre enfant lui sont indispensables. Seul face à un manque, il doit trouver – en autonomie – une solution contribuant ainsi activement à son éveil et au développement de son psychisme. Pour cela, il fait appel à ses ressources personnelles et développe son esprit créatif en apprenant à tenir compte de tout un tas de choses qu’il ignorerait s’il était occupé : le bruit des oiseaux, la beauté d’un paysage, la douceur d’une musique, etc. En d’autres termes, un enfant qui s’ennuie stimule son indépendance de pensée et son esprit d’initiative.

La slow-life, une philosophie qui invite à la réflexion et à la méditation

Satisfaits d’une vie bien remplie, les adultes ont, quant à eux, tendance à fuir l’oisiveté comme la peste et à la considérer comme totalement improductive. Pourtant, s’il est indispensable à l’équilibre de l’enfant, l’ennui est aussi bénéfique pour les plus grands. C’est de ce constat de base qu’émerge aujourd’hui le concept de slow-life, une philosophie invitant à simplement prendre son temps. Car ce qui s’assimile pour certains à une futilité peut, contre toute attente, relever d’un réel plaisir : méditer, pratiquer la respiration consciente ou encore le yoga permettrait d’éviter de devenir hyperactif par simple peur du vide et de mieux s’épanouir au quotidien.

Prendre son temps au quotidien

Dans son aspect pratique, la slow-life s’adapte à toutes les circonstances de la vie courante. Par exemple, ses adeptes préconisent une organisation plus aérée des diverses activités de la maison, en prévoyant régulièrement des week-ends à la campagne ou des soirées entre amis, histoire de se changer les idées. Par ailleurs, cette ligne de conduite s’applique également, au bureau en se fixant des objectifs raisonnables et en privilégiant le travail en groupe. Enfin, et dans la même veine, les initiateurs de la slow-food (cette fois !) prônent les effets positifs de la cuisine faite-maison : car, prendre le temps d’élaborer ses propres plats permet à la fois de stimuler son imagination et de manger plus sainement !

De la slow-food à la slow-life, il n’y a qu’un pas, bénéfique aux petits comme aux grands. Alors, faites entrer l’ennui dans votre vie !