La Pat'Web

Communiquez efficacement avec La Pat'Web !

Les taux des crédits immobilier en mai

Cet article, basé sur des chiffres valables sur une période donnée, respecte une temporalité précise et rigoureuse. Il s’inscrit dans une époque particulière en tenant compte de faits ponctuels et datés.

Datée

Le baromètre Empruntis vient de publier un nouvel état de la situation des taux de crédit immobilier offert par les banques : il en résulte une diminution générale des taux au mois de mai, par rapport au mois de février de la même année. Par ailleurs, cette baisse est notée sur l’ensemble du territoire français. Cependant, il est important de souligner des disparités – pouvant aller de 0,05 à 0,4 points, selon les différentes régions (Nord, Ile de France, Est, Rhône Alpes, Méditerranée, Sud Ouest et Ouest) et les formules adoptées en termes de durée d’emprunt. Des écarts plus importants que ceux observés au mois de février et qui se situaient entre 0,05 et 0,25 points.

Les disparités géographiques

Emprunter à l’Ouest ! Si l’on compare les taux pratiqués au 17 avril 2012 par rapport à ceux de février de la même année, on observe une offre bancaire plus intéressante à l’ « OUEST ». Cette zone, regroupant la Bretagne et la Vendée était, déjà, au début de l’année 2012, celle qui enregistrait les plus petits taux de crédit, quelle que soit la durée. Cette tendance se confirme au mois de mai, avec des taux allant de 3,10 % à 4,65 %, pour des crédits de 7 à 30 ans. Seules exceptions, les régions « SUD-OUEST » et « SUD »  offrent des solutions d’emprunt, uniquement sur 25 ans, égales ou inférieures de 0,05 ou 0,10 points par rapport aux taux pratiqués dans l’Ouest de la France.

Evitez l’Île de France !

Sans surprise, la région Ile de France enregistre les taux de crédit les plus hauts, allant de 3,50 % à 4,80 % pour des prêts souscrits entre 7 et 30 ans. A ce stade, on note, déjà, des écarts de 0,05 à 0,40 points avec la région la plus intéressante (Ouest). Seule la région du Nord pratique, actuellement, un taux plus élevé que l’île de France, pour ses contrats de 25 ans (4,45 % contre 4,40 %). En février, c’était l’Est qui proposait le taux le plus important sur des contrats de 10 ans (3,70 % contre 3,65 %), mais cette région a su modifier ses prélèvements pour basculer en dessous des tendances parisiennes.

Les taux évoluent en fonction de l’épargne

Le baromètre Empruntis relève, ici, des taux théoriques. Mais, dans la pratique, certains emprunteurs peuvent bénéficier d’une marge de négociation supplémentaire, en fonction de leur épargne. En effet, les banques étudient, tout d’abord, les critères basiques d’octroi de crédit : l’apport personnel et le taux d’effort de l’emprunteur (estimé entre 25 et 30 % des revenus nets). Ensuite, les organismes bancaires regardent la hauteur et la possibilité d’épargne du futur souscripteur de crédit. Ainsi, les « bons profils » peuvent espérer obtenir une décote supplémentaire de 0,5 point par rapport aux taux théoriques indiqués ci-dessus.

Le baromètre Empruntis repose sur le barème des banques avant négociation du dossier, hors assurance